vendredi 9 décembre 2016

dimanche 20 novembre 2016

Tes yeux de petits cochon, la première fois je t'ai sucé.
Je garde ça avec moi pour toujours.
Tu peux devenir ce que tu veux.
T'es la p'tite face avec ces yeux-là
Tu m'enlèves ma culotte pour me manger.

mercredi 16 novembre 2016

Reality check

Hier je pensais que j'étais grosse comme avant.
Pour vérifier je monte dans le bus.
Je pose mes mains sur le siège de chaque côté de moi.
Je prends moins qu'une place.
Je suis toute petite.

mardi 15 novembre 2016

C'était peut-être même pas toi

J'y allais.
J'étais en route.
Je t'ai vue au café.
J'ai parké mon bixi
reviré de bord.
Me suis dit, je vais aller le voir
dire bonjour.
On s'est assez niaisé, non?
Pis là j'ai eu un courriel de ma banque
Effet sans provision
Pus une cenne...

Le destin


Je peux pas flasher ce que je lis
pour me faire cruiser
par des gars éduqués
avec mon kobo.

Tous ces gars riches qui prennent le métro
sans me draguer.

mercredi 9 novembre 2016

Je n'ai plus envie de me forcer à aimer l'autre moitié de l'humanité sous prétexte qu'ils sont mes semblables. Je n'ai rien à voir avec les hommes. Je les déteste. Je ne veux pas être comme eux, je veux les faire tous disparaître. Combien d'agressions et de problèmes j'aurais évités si on m'avait appris plus tôt à haïr les hommes au lieu de m'apprendre à m'y soumettre? Il n'y a pas un pays au monde, pas même le mien, où je sois en sécurité, rien que parce que je suis une femme. On me déteste, m'opprime, me maltraite, me viole, me paie moins cher, parce que je suis une femme, mais si je hais les hommes d'être des hommes, je suis donc méchante, moi.

Fuck you. Cette nuit, c'est la preuve qu'il ne faut plus laisser les hommes décider. Les hommes ne méritent aucun respect tant qu'ils s'identifient fièrement au genre masculin. Il faut rapidement dévaloriser tout ce qui est masculin, interdire des comportements, établir des quotas et ne plus permettre aux hommes de se retrouver majoritairement au pouvoir.

dimanche 6 novembre 2016

Tu voudrais que j'écrive encore pour toi

Tu peux te planter dans mon décor tant que
tu veux.
Je n'ai plus jamais envie d'être proche
de toi.
Je suis trop belle pour t'autoriser à
me voir.
J'ai reporté ailleurs mon affection
Et ma dépendance pour ton regard
Cachés mes mots
Enfouis

Et tu voudrais que j'écrive encore pour toi.
Ça te manque
ma douleur.

Avant d'aller au travail
Au retour
Le dimanche matin.

Moment privilégié
Juste toi et moi.

Mais tu sais
j'ai bien d'autres dimensions
Que tu as mis trop de temps à admettre
J'existe tellement mieux sans toi,
tu peux être triste pour ça, c'est légitime.
Tu ne le reconnaîtras pas
comme tu ne te reconnais pas toi.
Tu n'es pas comme ça, c'est un autre
et tu empruntes son regard quand tu me lis.

Continue champion
Écoute ta musique
Bois avec tes amis
Encule ta blonde qui aime ça autant que moi
Lis les mêmes choses.


vendredi 21 octobre 2016

-Comment ça va à l'école? Avec tes collègues?
-...
-Tu hausses les épaules parce que tu sais pas quoi dire ou parce que tu t'en fous?
-J'ai de la misère.
-Comment c'était aujourd'hui?
-Tout le monde s'est présenté.
-As-tu dit, allô, mon nom c'est Rémi, je suis asperger?
-Non, j'ai pas dit ça. J'ai jamais dit ça.
-Tu dis toujours ça. Je suis sûre que c'est ça que t'as dit.
-Non! J'ai dit que ma femme écrit de la porn et prend des antidépresseurs.
-Quoi?
-Est bonne ma joke, hein?
-Non, ça c'est pas drôle.

mardi 18 octobre 2016

Ninja

Deux salauds m'ont agressée hier.
J'arrête pas de penser à mes jambes.
S'ils avaient enlevés mes pantalons au complet
et vu mes poils
Est-ce qu'ils m'auraient battue plus fort?
Pour me montrer comment ça marche.
Me montrer à être une fille.

Deux enfants de chienne, hier soir
alors que je rentrais chez moi
j'ai laissé mon bixi à la Place Valois
comme d'habitude.
Pourquoi il n'y a pas de station à bixi sur la Catherine?
Question de sécurité.
Et ma sécurité à moi?

Je marchais vers chez moi
je passe là à chaque jour,
j'ai écrit sur le rapport de police,
est-ce que j'ai encore le droit?
Suis-je en sécurité?

Devant les caméras du Dépanneur
devant des témoins
qui n'ont rien fait.

Comment j'ai fait?
Comment j'ai réussi à texter mon chum,
l'appeler au secours
appeler la police
photographier les écoeurants
en 4 secondes pendant que ça se passait.
Comment j'ai fait?

J't'une ninja

mardi 11 octobre 2016

Premier courriel de pute

Je m'en allais signer mon vrai nom. Est-ce que je suis vraiment prête pour ça, moi?

mardi 4 octobre 2016

Ton message avec des mots si précieux, je l'ai montré à maman.

-Regarde ce qu'il m'écrit.
-Où c'qu'il est rendu, comment ça se dit?
-Édimbourg.
-C'est où?
-En Allemagne, je pense.

C'est pas tout à fait en Allemagne, finalement.

mercredi 28 septembre 2016

Le plus remarquable après chaque traitement c'est mon visage déformé par la douleur. Mon maquillage est intact, j'ai pas pleuré, mais ma face toute croche fait dire que je me magane en christ juste pour être cute pis me faire pogner le cul par des esties de caves.
J'ai cru voir ta copine hier.
Elle souriait sur la piste cyclable.
J'ai envie de devenir son amie
juste pour te faire chier.

mardi 13 septembre 2016

M'habiteras-tu toujours.
La douleur, le désespoir,
est-ce que je peux ne jamais faire mon deuil?
Je te demande pas la permission.
J'ai peur que ça arrive juste pas, la fin de ça.
Ça se peut vivre sa vie en hiver
les pieds gelés, le cœur en sang
si je perdais un de mes frères
j'aurais mal de même.
C'est juste ça que je voulais,
un frère comme toi.
Moi je voulais être ton amie.
Je voulais tellement juste être ton amie.
Je n'ai plus envie de tomber en amour avec personne depuis.
Et Amélie dit qu'elle s'inquiète pour moi.
Parce que je me fais hospitaliser
parce que je fonce dans les poteaux
même quand je regarde en avant de moi.
C'est juste encore à cause que je te vois partout.
Sur la Tario, assis devant l'UQAM,
Les yeux qui brûlent tellement je cherche.
Cacher la honte et la rage quand je te trouve.
J'aimerais mieux que tu ne me vois pas
que tu ne m'aies jamais vue.
N'avoir jamais existé dans ta réalité.
Amélie, tu lui ressembles
pourquoi elle m'aime et pas toi
Pourquoi tu m'as pas au moins fourrée tout croche
avant de me jeter
Ça ferait du sens.
J'aurais des raisons de t'éviter.
C'est même pas toi.
Tous les gars ont un peu l'air d'être toi.
Je ne suis tranquille nulle part.
Je regarde partout avant de parler.
Je ne dis plus rien.
Combien de fois par jour, j'ai envie de te dire quelque chose.
Je ne dis plus rien.

Savoir que tu es plus heureux sans moi.

lundi 12 septembre 2016

Enseignante

Je suis rentrée dans la classe.
Estie que j'étais fière de pas être en retard,
même si je m'étais perdue.
J'ai ouvert les fenêtres et les lumières.
J'ai écrit, en m'appliquant, avec la craie
sur le vieux tableau.
Pis là je me trouvais bonne.

toute seule dans une veille classe de Villeray.
Je les ai attendus.

"Tu sais, être enseignante,
comme toi,
pas n'importe qui qui peut faire ça."

On change le monde comme on peut

Je suis une héroïne parce que je montre mes cuisses pis mes bras mous.

Hier

Fallait que tous les gars avec qui j'ai couché dans un rayon de 20 km se retrouvent sur la Tario en même temps que moi.

C'était une journée comme ça.

mercredi 31 août 2016

J'ai vu une ombre chinoise de fille dans ta fenêtre
Ça me fait encore de la peine.

mardi 30 août 2016

être bien entouré

Ma mère qui m'amène de la drogue à l'hosto.
Elle a oublié le briquet.
Je l'aime pareil.

lundi 29 août 2016

de belles vacances

Ça crie des choses comme
CODE BLANC
Réa
La femme à côté gueule depuis ce matin
Sortez-moi d'ici!
Une autre, complètement histérique, vient de voir son mari mourir.
J'ai enfin les vacances que je méritais.
J'ai une chaise d'aisance dans ma chambre, ça met mes invités full à l'aise.
J'ai dit à Charline, Je m'excuse si j'ai été désagréable avec vous,
J'avais tellement mal...
J'ai vomi mon jello, je reste encore ici
Je trouve ça zen les gouttes de soluté qui tombent doucement.
Morphine, mon amour.

samedi 27 août 2016

Premièrement,
je comprends pas où
tu prends tout le sang
que t'injectes là-dedans.

Une belle découverte,
c'est ça que t'es
avec ta tite face
pis ta grosse graine.

Oui
ton pénis
c'est une belle surprise
l'anecdote du mois.

Fuck t'es tout petit,
je m'attendais à rien.
J'en ai pour mon argent
en tabarnak.

Toutes mes belles résolutions
de féministe
qui voulais pas y penser
qui prétends que c'est pas important
La taille.
C'est de la marde.

Defonce -moé.

mardi 16 août 2016

Assise sur la bute,
Au parc Pélican
Manger mon lunch
Fumer un joint
Prononcer tout haut ton nom
Tu me manques encore tellement
Même si j'ai jamais su qui tu es.

vendredi 12 août 2016

sans que tu ne m'aies jamais touchée

Revivre le pire
Parce qu'il faut témoigner
Et toi
Qui n'a rien à voir avec ça
Toujours là.
Cette nuit là
Ensemble
Mais pas vraiment
À parler de tout de rien
L'agression après
La plainte à la police
J'attendais la manif
J'avais hâte de te voir
Mais t'es pas venu.
Parce que j'étais pas
Assez belle pour toi et tes amis.

Et c'est comme ça que mes cicatrices
Portent encore un peu ton odeur.

samedi 6 août 2016

-J'ai tout le temps des bleus partout. Je dois avoir la maladie de William chose.
-T'as des bleus partout parce que tu couches avec des petits jeunes surexcités.
-Même pas vrai!

mardi 2 août 2016

Des adresses pour te faire insulter quand t'es féministe

L'autre fois pendant qu'on descendait la rue Jeanne-D'arc, il m'a dit comme ça. "J'pense que je suis pas féministe; je suis pro-féministe, c'est important de faire la distinction." C'est important. Sa pensée évolue, à tous les jours je me dis que christ que j'en économise de l'énergie à pas toujours être en train de tout lui expliquer parce qu'être asperger, ça a ça de bon. C'est sa nature de voir le monde autrement, il a toujours su que ce qu'on nous présente comme la réalité c'est faux. C'est un spécialiste de la déconstruction.

C'est souvent quand on se promène qu'on en parle. Moi je crie souvent, je suis enragée, il comprend pourquoi. Être une femme, juste avoir à être une femme, c'est assez pour te dégoûter des hommes et du reste de l'existence. Il est d'accord avec ça. Il est capable de pas avoir beaucoup d'empathie pour les humains, sauf moi. Une de ses particularités.

C'est pas facile d'être un couple féministe à Montréal. C'est pas facile d'être un couple hétérosexuel et féministe, c'est à se demander si c'est compatible. L'hétérosexualité et le féminisme ne font pas heureux ménage. C'est plus comme : j'étais hétérosexuelle avant et je peux pas défaire un mariage avec un mari que j'aime juste parce que je suis féministe. Mais je ne me marierais peut-être pas aujourd'hui. Parce que je suis consciente de ce que ça représente.

On est féministe par choix, on est hétéro par obligation. C'est normal? Sauf que comment ça se fait que je sente que j'ai autant de travail à faire pour que ça marche si c'est naturel? C'est pas naturel d'être hétérosexuel, c'est pesant, difficile. C'est une série de code à apprendre et à reproduire. Il faut être un couple malheureux, souffrir et ou se féliciter d'être fidèle ou infidèle. Il faut se chicaner à propos de la télécommande. Vouloir l'obliger à aller aux pommes et se plaindre qu'il regarde de la porn pis que je me sens sale après quand il me touche. C'est pas facile à faire, j'en regarde plus que lui.

Être hétérosexuel c'est se faire rappeler tout le temps de se conformer. Chaque fois qu'on sort de la maison. Être hétéro, choisir de se marier et le dire ouvertement c'est accepter de répondre à tous les jours aux questions : As-tu des enfants, en veux-tu et pourquoi? Parce que c'est ça la game. Je suis une fille, t'es un gars, on doit tout faire pour convaincre que je suis différente de toi, tu es normal. On doit se marier et avoir deux enfants, un normal comme toi et un différent, comme moi. Et on reproduit ce modèle-là à l'infini ou jusqu'à ce que le monde soit détruit par un virus qui dégèle avec le permafrost. Ainsi, où qu'on aille, on se fait rappeler qu'on est juste un gars pis surtout juste une fille, comme une mauvaise série qui vieillit mal écrite par un autre humoriste de marde.

Quincailler Maisonneuve - Rona sur La Catherine
Ici quand on achète de la peinture, il se fait dire que son opinion ne compte pas, de toutes façons, c'est moi qui va décider et c'est lui qui va peinturer. Mais non, désolée de vous décevoir, c'est moi qui va repeindre la pièce. Souvent les personnes qui vivent avec le syndrome d'asperger ont des problèmes de dextérité. Ajoute à ça la crise d'angoisse parce qu'il y a de la peinture sur son linge pour peinturer mais c'est pas grave parce que c'est du linge pour ça, mais lui il comprend pas pourquoi c'est pas grave de tacher son linge et il panique... C'est moi qui va repeindre la pièce.

Porc Meilleur au Marché Jean-Talon
Ici le vendeur essaie de s'amuser du fait qu'il m'attend à l'extérieur. D'après lui, j'ai un bon mari bien sage, docile. Ça m'écoeure parce que je l'aime : Je ridiculise pas les gens que j'aime. J'imagine que ce bonhomme-là méprise sa femme, c'est un comportement hétéro normal. Il fait la même chose avec lui. Ça le met tellement mal à l'aise qu'il me retrouve à l'intérieur. "Je sais pas pourquoi, il me parle de toi comme si t'étais conne, j'ai envie de le frapper."

N'importe quel fucking taxi
C'est juste l'enfer prendre un taxi.

Marché Métro Morgan
"C'est une fille, elle a juste besoin d'être cute." Ce qui est difficile pour lui, c'est les doubles standards. Comment ce qui est intolérable peut être toléré? Il entend ça à l'épicerie, il se demande comment intervenir et surtout, pourquoi je suis pas en train de crier avec de la bave sur le bord de la bouche comme quand j'entends ça à la télé. Quand on sort, il me dit qu'il ne veut plus aller faire l'épicerie-là. Je lui dis, tu sais, tu ne veux jamais rien faire de toute manière et il me répond que c'est justifié : Le monde nous agresse.

Je pense que si j'ai pu demeurer aussi longtemps dans un couple hétérosexuel, c'est parce qu'il est comme il est. Parce que ça nous oblige à se définir autrement. Il ne se passe pas une journée sans qu'on nous fasse sentir qu'on est weirds. On a beaux être blancs, cis, hétéros, ce n'est jamais assez. Il faut toujours prouver qu'on est dans la game. L'hétérosexualité, c'est une recherche constante de validation. Un travail superflu qui me fait perdre une énergie précieuse.

dimanche 24 juillet 2016

Il y a cette fille, cette semaine, qui m'a demandé si j'allais avoir des chirurgies bientôt pour mes problèmes de peau. J'ai répondu à sa question, j'ai eu une discussion avec elle. Mes cuisses sont laides. Je les cache pas. Je les montre et elles vont rester comme ça. Être belle selon les standards de notre société de marde, c'est un contrat que j'ai jamais signé, je ne l'accepte pas et ne le dois à personne. J'étais fatiguée, je l'aime trop pour lui expliquer qu'en réalité, elle ne devrait pas demander ça.

Quand elle le fait, elle me signale qu'elle n'accepterait pas d'avoir des cuisses aussi laides. Ça fait qu'elle me place dans l'autre gang de facto. Pour elle, d'après sont interprétation du clash qu'on vit, c'est juste de la diversité culturelle, moi ça me fait chier d'expliquer ça de même. Son approche c'est égalitaire, tout le monde est différent, c'est normal de pas se comprendre quand on vient d'une autre culture. Mais là, moi j'ai plus du tout d'espace pour dénoncer la violence. Celle que je ressens quand elle flash ses privilèges sans s'inquiéter de comment ça peut me faire sentir. Je me sens pas de même parce que je suis d'une culture différente. Je me sens de même parce qu'elle me domine avec ses propos.

Ça m'a fait penser à toi. La naïveté, la candeur, j'ai déjà trouvé ça beau. En vieillissant, ça m'enrage. Ça fait juste me permettre de mesurer l'étendue de vos privilèges. Ce que tu sais pas, c'est parce que tu l'as pas appris. Or, moi, ce que j'ai appris c'était à la dure. Apprendre à coups de claques sur la gueule et d'insultes, ça forge un peu. Tu réalises pas que quand tu me poses des questions, je pourrais être tentée de t'éduquer avec la même méthode. Tu demandes à quelqu'un de bien plus mal pris que toi de se justifier. Tu touches à ce qu'il a de plus sensible sous prétexte que petit toi, t'as besoin de comprendre le monde, sans te préoccuper deux secondes de ce que ça peut remuer chez cette personne.

Y a toujours une constante qui revient : Rosemont. Qu'est-ce qu'ils mettent dans l'eau à Rosemont pour que vous soyez si loin du vrai monde? Demander à une féministe si elle hais les hommes. Demander à une fille si elle va se faire prescrire des chirurgies reconstructrices. Demander à une personne trans si elle est opérée. C'est pas bon, juste pas bon. C'est effronté, irrespectueux, c'est même méchant. Ta naïveté, ta douceur n'excusent pas tout. La meilleure façon d'apprendre c'est de lire des livres. Avec moi tu risques toujours de te faire un peu envoyer chier quand tu poses des questions comme ça.

vendredi 22 juillet 2016

Dis-le pas

Dis-le pas
tu vas tout gâcher
après va falloir en discuter.

Dis-le pas, dis-le pas, dis-le pas.

Je te regarde dans les yeux en soupirant.
Tu fais un mouvement de tête.
On le sait.
Si on le dit on est fait.
Y a des mots qui se reprennent mal
quand t'as le cœur qui bat encore.
Dis-le pas, je vais me faire des idées.

Relativise, estie.

Dis-le pas.
Le gars de l'hôtel qui me juge.
Dit, moi j'en fais pas de sieste.
Paye pour la nuit.
Reprend la clé dans un mouvement sec.
Me lance, bon t'as fini?!

Il veut que je me sente sale.

Je fais rien de mal.
T'as des beaux yeux.
J'ai la chatte qui mouille.

Faut bien profiter de l'été.

lundi 18 juillet 2016

Toi
avec tes yeux qui brillent
avec ton grand sourire
toi avec ta caquette
que je comprends pas
ce qui est écrit dessus

Et on fait l'amour
comme des enfants
c'est facile avec toi

Quand le manège
va s'arrêter
et m'éjecter
quand je vais vomir
tout partout
J'espère que
je ne regretterai rien

vendredi 8 juillet 2016

-Tu m'aimes-tu?
-Oui.
-Même si j't'une courailleuse?
-Ben oui.
-Peut-être que tu m'aimes parce que j't'une courailleuse
-Exagère pas.

jeudi 7 juillet 2016

mardi 5 juillet 2016

Cimetière de boucles d'oreilles
dépareillées
Tout ce que je perds
quand je les laisse me toucher
Dans leur lit
sur le tapis de la chambre
souvenirs de moi
qui brillent.

Je ne garde jamais rien d'eux.
Reste mes boucles d'oreilles
orphelines.
Et la mémoire des cicatrices.


vendredi 1 juillet 2016