samedi 11 février 2017

Quand j'allais chez ma Mémère, fallait faire attention. Mes parents m'avertissaient de toutes sortes de façons. Fallait faire attention à mes oncles. Faire attention. Pas rester seule avec. JAMAIS rester seule avec mes oncles. Mon père est déjà rentré en trombe dans la chambre un Noël. J'avais 4 ans. J'étais sur les genoux de l'un deux. Ils me parlaient et riaient de mes réponses, j'étais pas mal. Mon père est rentré et m'a crié de sortir de là tout de suite. Mes parents essayaient d'empêcher quelque chose qui finirait par arriver. Mes oncles voulaient juste m'apprendre à être une fille.

J'avais dix ans, il a flatté ma jambe et m'a regardé dégoûté.

-Câlisse tu te fais pas les jambes à ton âge!

J'avais dix ans et du poil. Il touchait ma jambe sans permission et on m'avait pas appris à crever les yeux à celui qui ferait ça, juste faire attention. J'ai pas fait assez attention ce jour-là, me suis assise toute seule à côté de mon oncle. Presque toutes les filles s'épilent la première fois après un commentaire négatif d'une personne de sexe masculin de leur entourage. Un père, un frère, un cousin, un oncle. Y a des mères tellement traumatisées de ça qu'elles rasent leur fille avant que ça puisse arriver.

J'ai volé le rasoir de Mémère et je me suis rasé les jambes. J'ai mangé une volée pour avoir fait ça. J'ai été ridiculisée. On m'a interdit de le refaire et donc condamnée à ce que ça repousse. Jusqu'à ce que j'aie douze ans et enfin le droit de me raser à nouveau. Il faisait partie de ceux qui m'humiliaient l'été d'après, parce que j'avais encore plus de poil. C'est juste ça être une femme. De la pression pour faire de quoi qu'on va te reprocher ensuite. La pression extérieure pour faire bander des caves avec des fantasmes pédophiles de filles sans poil et la pression des tiens pour rester une sainte.

Une christ de chance que mon test de grossesse était négatif ce matin. Je serais jamais capable à moi toute seule de protéger mon bébé de ça.



Défi du jour : Poil

mercredi 8 février 2017

Plus tu t'éloignes
plus ton souvenir s'essouffle
Tu ne reviendras plus jamais
Tes semblables me dégoûtent.
C'était un long chemin
Me reconnaîtrais-tu maintenant?
Plus jamais je serai comme ça devant quelqu'un
Tu comprends
c'était toi le dernier.
Et ça ne me manque pas.
Pourquoi tu penses que je suis rendue aux p'tits jeunes
Aujourd'hui c'est moi la prof
N'ai plus rien à apprendre de toi.

mercredi 1 février 2017

Workaholic, riche et privilégiée

Ça fesse une peine d'amour,
mais je travaille tout le temps.

Et toutes ces robes neuves à porter.


Défi du jour : Robes
J'aimerais t'épargner mes mots, mais c'est trop tard.

C'est pas pour rien que la plupart des gens qui m'aiment
savent à peu près pas lire.


Défi du jour : lire

mardi 31 janvier 2017

Message aux fées

Ouin, ben c'est clair qu'il a été placé sur mon chemin pour m'apprendre à les faire payer. Pus jamais personne va m'avoir gratis comme ça. Pus jamais.

C'est ce que je dis toujours, plus personne ne me croit.

J'étais habituée d'être une guenille.
C'est pas comme si t'étais le premier à me traiter comme ça.

J'aimerais que tu comprennes sans que je t'explique
et que tu disparaisses tout doucement.
Pour toujours.
J'ai tout effacé.
Je ne veux plus rien savoir de toi.
Tu es rentrée de bonne heure du travail,
tu as préparé des hamburgers steak
pour les enfants.

On se voit vite vite
pendant qu'ils font du karaté avec leur père.

T'as l'air fatiguée.
Tu dis que tu détestes faire des patates pilées.
Tu me confies ça comme si c'était ton pire secret.
Pauvre petite maman essoufflée.

Ta main
qui me claque les fesses,
retient mes poignets,
ferme ma bouche.

Elle sent les oignons frits.


Défi du jour : Ta main

lundi 30 janvier 2017


Traverser la Tario la nuit
pour te retrouver.
Être à toi.


Défi du jour : Te retrouver

samedi 28 janvier 2017

Scarlett O'Hara

C'est pas de la patisserie, pas besoin de mesurer
Southern Comfort
Jus de canneberges
Lime
Tite cerise

Ça va en prendre plusieurs

Défi du jour : se détendre

vendredi 27 janvier 2017

C'est pour ça je demande jamais rien

La rage,
la peine que ça me fait
quand on dit non.

Défi du jour : non
J'oublierai jamais sa face, comment elle me regardait comme pour dire qu'elle me faisait confiance malgré tout avec ses seringues stériles dans les mains. Elle pouvait pas laisser ça traîner, quand elle fait du ménage, faut qu'elle passe partout, c'est une maladie.

-Qu'est-ce que je fais avec ça, Chantal? Veux-tu je les mette dans la pharmacie?
-Oui, maman.

L'autre fois j'ai remarqué qu'il en manquait une. J'étais tellement fière. Quelqu'un est passé ici, il cherchait une seringue et l'as trouvée. Ça veut dire qu'on les a mises à la bonne place.


Défi du jour : Pharmacie

jeudi 26 janvier 2017

Quand il a dit qu'on allait lui faire un gâteau, après au lit, j'ai avoué ma surprise. Je pensais qu'on était fatigués, surpeuplés. C'est vrai qu'il dit, mais d'autres ont moins que nous et il reste toujours une pièce, si jamais. On va pas laisser quelqu'un dehors. Il a fait de la pizza, j'ai acheté un gâteau.

Elle nous parle de son expérience. Cracher dans la face des cochons. Passer sa fête en prison. Pis là elle baisse le ton pour parler de dope, de cul. C'est là que ma mère intervient.

-Je connais pas vraiment ça la prostitution. Mais icitte personne va te juger. Mais moi je connais pas ça. C'est ma fille. Ma fille travaille là-dedans. Tu te prostitues des fois, hein Chantal? Tu peux en parler.

Elle a dit mon vrai nom. Remarque, ça surprendra personne d'apprendre que Madame Coucou c'est un genre de pute. Se faire outer par erreur par sa mère dans sa propre maison où on se pense safe. Ça m'est arrivé ce soir. Puis-je vraiment en parler?

-Non maman, je suis moins qu'une pute. On me donne pas une cenne pour tout ce que je fais.
-Ah non?
-Non pis c'est ma vie privée.

Mais le privé c'est politique, non?! Tout le monde me prend pour une pute, même ma mère. J'ai un style de vie, un look, un langage et une attitude. Tout ça mène à penser que. Elle fait mon lavage trouve des factures de motel cheap, des emballages de capotes, du lube médical de chez Cactus, des seringues. Ma mère trouve ça dans mes affaires et dit pas un estie de mot. Elle imagine sa petite fille en prostituée. Elle comprend aussi à sa manière c'est quoi l'empowerment alors elle fait tout ce qu'elle peut pour que mon linge soit doux et sente bon, Elle met les factures dans l'enveloppe pour que je les déclare. Elle met la dope qu'elle trouve dans la boîte à dope. Qu'est-ce qu'elle s'imagine? Je suis une femme d'affaires à ma façon.

L'esthéticienne me prend pour une pute. Le gars de l'hôtel aussi. Les chauffeurs. Les caissières, les amis et surtout les gens qui ne me connaissent que par les réseaux sociaux. Mon maquillage, mes ongles, tout prouve que. Et surtout, je m'en défends pas. C'est justement ça qui me trahit, me semble.

Mais c'est quoi être une pute? Ça commence où, ça finit où? Je pense qu'on est toutes des putes, mais j'ai dit non à ma mère pourquoi? Parce que je suis full légale, mariée à mon pimp et c'est souvent moi qui paie pour triper. Tout est une transaction et il y a toujours transaction, mais je reconnais être tellement plus en sécurité que mes amies escortes, faque je suis pas full à l'aise de me prétendre pute. Ça me flatte à mort qu'une amie fée dise que je suis une pute à vie alors qu'elle est au moins à l'heure, mais je veux pas trop revendiquer ce statut là. Je suis privilégiée et j'occuperais l'espace qui revient à des personnes qui vivent bien plus d'oppression que moi si je me mettais à prétendre sérieusement que je suis une travailleuse du sexe. J'ai choké mon rendez-vous à l'agence, je fais jamais mon shooting photo, je prends rendez-vous quand je suis menstruée. J'ai du matériel pour écrire toute ma vie sur les avortements multiples d'une carrière de pute prometteuse. Parce que ça fait clairement partie intégrante de ma maladie mentale de devenir femme que de devenir pute et j'y arrive pas. Je me sabote et reste invalide. Non, maman, je ne suis pas une vraie pute comme mes amies que j'aime et j'admire. On me prend pour et moi aussi je me prends pour et je me prends au sérieux, ça revient pas au même, j'en suis consciente.



Défi du jour : Pute

mercredi 25 janvier 2017

Est-ce que ça peut rester comme avant?

Crosse-toi sur mes totons.
Regarde-moi pas
pis crosse-toi sur mes totons.
Parle-moi pas.
Fais juste te crosser ___ ___ ______.
T'as compris l'idée.

Crosse-toi sur mes totons
Hostie
dépêche-toi.
Approche-toi plus
comme pour me donner
des petits coups
de poings
dans l'chest.
Frotte-toi comme il faut
sur mes bouts durs.

Revire-moi de bord.
Baisse mes culottes.
Écarte mon cul
reste sur le bord.

Continue de même
à l'entrée de mon cul.
Serre mes fesses sur toi
Fourre ma craque
comme un déchaîné.
Hostie de cochon.

Crache dessus
pour que ça glisse.
Plus vite.
Ouais.
Plus fort.
Ouais.
Rentre pas.

Décharge en moi
s'te-plaît.
S'te-plaît,
attends.
Rentre pas vraiment.
Juste le bout du gland
même pas tout le bout,
juste, ok,
tu rentres à peine
au même moment
où tu viens.
Très très doucement.
Tu viens porter
ton sperme
tu le déposes à l'intérieur.
Ça y est?
Ne bouge plus,
c'est magnifique.
Reste.
Pousse un peu.
Maintenant, c'est parfait.
Encule-moi un peu
pendant que tu débandes.
Jusqu'à ce que tu ne sois plus capable.

Je sais pas ce qui m'a prise
je me suis laissé emporter,
au début je voulais juste tu viennes sur mes totons.
S'cuse-moi.
J'espère que ça changera rien entre nous deux.

Défi du jour : totons

mardi 24 janvier 2017

J'te fais-tu encore bander des fois?
Ou si tu regardes juste des filles
moins molles
plus jeunes
bien faites?
Ça t'arrive-tu de te crosser
sur les photos que je t'envoie?
Ou si tu les supprimes
pour oublier
qu'j'suis laite
pour te rappeler
des autres?



Défi du jour : Mémoire

lundi 23 janvier 2017

Petit lundi tranquille dans la maison de l'amour

La police appelle pour dire que c'est juste à nous autres qu'elle fait confiance.
Savent pas quoi faire, elle s'en vient agressive.
Sa mère, non.
Ses soeurs, sa fille, fuck non. 
Elle est soûle et agresse les clients potentiels dans la rue.
C'est sa fête demain.
Ma mère dit mais que c'est que tu veux qu'on fasse?
Elle est peut-être dangereuse...
Mon mari dit qu'ils viennent la reconduire icitte, on va lui faire un gâteau.


Défi du jour : Gâteau

samedi 21 janvier 2017

Je te parlerais de mon cercle de lecture.
Je te raconterais sur quoi je suis.
Si j'avais la chance de te revoir.


Défi du jour : Revoir

vendredi 20 janvier 2017

Iggy Pop encore
J'ai envie de faire entrer
mes mains
en toi.

T'étais tellement belle ce matin.


Défi du jour : Belle

jeudi 19 janvier 2017

Mon amour a volé une poubelle aux bourgeois en haut de la rue.
Pour toutes les fois où on s'est fait voler la nôtre.
Il en parle fièrement.
Il les aime pas les bourgeois en haut de la rue.
L'achat du bloc, la conversion, le nouvel aménagement,
tout ça le fait chier.
Ça fait qu'il leur a volé leur poubelle.

Comment veux-tu pas retomber en amour ben raide avec lui chaque fois que tu le regardes?


Défi du jour : Poubelle

dimanche 15 janvier 2017

Penser à toi
à ton odeur
à comment j'aimais
me réchauffer avec toi



Défi du jour : Au chaud

samedi 14 janvier 2017

Depuis deux jours j'écoute juste du Iggy Pop
Pis j'ai le goût de te sucer
Pis j'ai le goût que tu me
rentres des affaires
dans le cul.
Tu dois avoir ça chez vous
des affaires à me rentrer dans le cul.

Je fais des rêves faciles à interpréter.
J'ai rêvé que je te branlais
la musique était forte.
Ta queue longue
interminable
Je faisais de grands mouvements
J'étirais le bras
pour rejoindre ton gland.
Depuis
je me masturbe,
me doite le cul
et j'écoute du Iggy Pop
non stop en pensant à toi.




Défi du jour : La grande branlée


vendredi 13 janvier 2017

Je suis juste une fille mariée en bobettes qui fouille dans ton armoire à quatre heures du matin pour se faire des toasts au beurre de pinottes. Je suis juste une fille snob qui mange du pain nutritif et du beurre de noix bios que tu dois brasser. Ton pain blanc, ta tartinade kraft, c'est les vacances cheaps qu'il me fallait. Pas mal tout ce que je peux me permettre en fait. C'est quoi déjà ton nom? 


Défi du jour : Beurre de pinottes

jeudi 12 janvier 2017

Ça va, ça vient
le goût de toi comme avant.
Comme tout le reste,
la drogue,
la boisson,
la bouffe.
Contrôler son corps.
Les cravings s'espacent,
ça devient surprenant.
Quoi toi?
Pourquoi là?
Qu'est-ce que tu fais?
Est-ce qu'elle est enceinte?
Je sais tout le temps où tu es.
Quand tu dis rien je devine.
Toujours si prévisible.
Comme quand tu m'écrivais,
quand tu étais avec elle.
Eh bien, moi, tu devineras jamais.
Je te dirai pas.

Tu peux oublier tout ce que
j'ai déjà dit.
J'ai pas apporté de réponses.
Tu contrôlais les questions.
La vérité est loin de toi.

Et puis
J'ai jamais cru que tu existais.




Défi du jour : Le sens de la vie

mercredi 11 janvier 2017

Passer sa vie à compter

Je sais que je vais me battre
toute ma vie
pour pas redevenir grosse.
Ça ne sera jamais réglé,
fini,
derrière moi.
Chaque bouchée de chaque repas,
a une valeur.
Tout s'additionne.

Je ne suis pas vraiment
possible
ainsi
c'est un hack
une chirurgie.
et la réalité tordue
essaie fort de se réhabiliter
en m'engraissant.

Je résiste.


Défi du jour : Irréel

mardi 10 janvier 2017

Besoin
de toi
pour me
thermoréguler



Défi du jour : Homéostasie

dimanche 8 janvier 2017

Je me suis trouvée conne
conne d'avoir peur.
J'ai vraiment eu peur.
Quand j'ai mis la main
dedans tes culottes
pis que j'ai rien senti.
Fuck, y a pas de graine.
Comment on couche avec
un gars pas de graine?
J'ai jamais encore fait ça!

J'ai paniqué
j'ai continué comme si
de rien n'était.

Plus tard tu l'as sortie.
J'ai encore un peur.
Il y en avait une,
je l'avais juste pas trouvée.
Faut-tu être conne pis énervée.
Elle était petite, mais elle était là.

J'étais déçue, finalement,
je pensais j'allais enfin coucher
avec un gars pas de graine...


Défi du jour : ti-bâtons

samedi 7 janvier 2017

Et je t'empêcherais de faire des niaiseries.
Je me transformerais en jeune femme sage.
Je cacherais tes bouteilles pis ta dope.
Je prendrais rendez-vous pour toi chez la coiffeuse.

Si je voyais que c'est ce que tu veux.


Défi du jour : Rien qu'à voir, on voit bien