mardi 5 juillet 2016

Cimetière de boucles d'oreilles
dépareillées
Tout ce que je perds
quand je les laisse me toucher
Dans leur lit
sur le tapis de la chambre
souvenirs de moi
qui brillent.

Je ne garde jamais rien d'eux.
Reste mes boucles d'oreilles
orphelines.
Et la mémoire des cicatrices.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire