mercredi 26 avril 2017

Je me dis qu'il faut que j'accueille cette douleur-là.
Et je me maquille plus.

Faut bien s'en remettre


Accueillir la douleur

Je réagis bien pour une fille qui s'est fait mettre aux vidanges.
J'ai prévenu mon pusher et mon patron, on n'est jamais trop prudent quand on dérape.

Oui, je sais, j'écoute juste de la musique poche. On fait pas la différence, mais je me suis quand même fait une playlist "Pour te tuer" qui donne vraiment envie d'essayer.

La première à écouter c'est celle-là : http://mp3fast.su/monsieur-mono-c-est-irreparable-18060050.htm

Irréparable de Nino Ferrer. La reprise de Monsieur Mono crève le coeur. Comme toi. C'est irréparable.

Ça doit être juste une histoire de saison.


On n'est jamais si bien trompé que par soi.

Rentrer à la maison en braillant.


Parce qu'anyway, j'pas le genre que t'assumes.



Je chante dans les ruelles, dans les rues. C'est beaucoup mieux comme ça.



Je monte des côtes en criant : Après toi!!! 



Je vieillis deux fois plus vite.




Si triste.


Tout ce monde mais pas toi.






T'oublier



En dansant avec lui


Pis te souhaiter le meilleur, tsé.





samedi 22 avril 2017

C'était la fête du Canada.
Parce que moi pis les fêtes.
Ta casquette
tes beaux yeux.
Ton regard plein d'admiration
pour les choses importantes
que je faisais.
J'ai renversé la tête en riant.
Tu me surestimais.
Je le savais,
je te l'ai dit.
T'avais pas de capotes,
j'ai dit tabarnak les jeunes
vous êtes toutes pareils
avec vos pas de cours d'éducation sexuelle.
Je vais te montrer.

J'allais trop vite pour toi.
Boire du rhum et intervenir dans la game de D&D en cours en inventant des objets magiques comme un butt plug de téléportation.

jeudi 20 avril 2017

J'ai froid
je pleure et je morve
sur le bord du canal
Mes doigts sont gelés
Tes mots assassins
Moi
Je suis misérable
dans le tableau que tu as composé

mercredi 19 avril 2017

Je pensais que j'étais une chouette fille.
C'est une idée que je me suis faite.
Une image construite.
Je suis pas gentille.
Tu l'as vu.
Tu l'as dit.
C'est comme si personne ne me connaissait.
Comme si tu étais tout seul à m'avoir vue pour vrai.
On me dit jamais que je suis pas gentille.
On me dit pas ça à moi, ça se peut pas.
Je le cache tellement bien à tout le monde.
Je mens tout le temps,
je souris sans arrêts,
je m'excuse ma vie entière
pour oublier que je suis méchante.

Je me souviens d'un jour en septembre je crois.
Tu m'as permis de te consoler.
Je me suis sentie privilégiée.
Je me suis dit, faut vraiment que je fasse attention à lui.

J'ai échoué.

Toé pis la coke quand tu bois

J'vas te fourrer dans l'cul
J'vas te rentrer dedans
ma cochonne
Tu vas voir ce que j'vas t'faire

J'comprends pas
t'à l'heure j'bandais

mardi 18 avril 2017

Les mots que je disais
Inventés
Pour y croire
Pour que tu y crois
Je ne les reconnais plus

Peut-être que rien de tout ça n'était vrai
Et tu n'as jamais réellement existé
J'ai tellement d'imagination
J'oublie vite
L'odeur d'un gars
Son sourire
Je remplace
Je compense.
Je ne sais déjà plus rien de toi.
Je n'ai pas de souvenir.

dimanche 16 avril 2017

Ça m'arrive encore de recevoir un courriel tôt dimanche matin et d'avoir le coeur qui s'emballe à l'idée d'un message de toi.

C'est juste mon rappel pour le recyclage.

vendredi 14 avril 2017

jeudi 13 avril 2017

Ça serait plate que tu fasses comme les autres
et comprennes juste une fois que c'est trop tard
comment je suis hot.

Ça va me faire de la peine si toi aussi
tu attends d'avoir une vraie blonde
pour revenir me dire que t'aurais pas dû
me laisser partir.

Ça serait plate que tu fasses comme les autres
je te trouvais tellement spécial.

lundi 10 avril 2017

Notre avenir

Imagine un peu la vie, dans 100 ans d'ici. Imagine un peu. Imagine qu'une de mes arrières-petites-nièces fasse des recherches généalogiques. Juste pour savoir.

Que restera-t-il de nous, sinon des archives numériques à déchiffrer? Tous ce qu'on s'est dit. Surtout quand on était fâchés. Rien ne s'efface pour vrai, les textos perdus, dorment sur un serveur. Tout ce qu'on a fait, répertorié, classé, révélé.


C'est vrai que ça pique la curiosité, une vieille tante artistique et polyamoureuse sans enfants.

Et toi tu penses qu'on est condamnés. Notre histoire sans avenir. Que ça peut juste mal finir. Tu te doutes pas que notre histoire d'amour va servir à faire rêver nos descendants après la contamination. Après les mesures d'urgence, après la guerre, après la famine et les attaques de zombies.

Parmi tous ces symboles à décrypter, notre amour prouve que la vie existe ici.

Qu'est-ce que tu veux de plus?


Défi du jour : Femme du futur

samedi 1 avril 2017

L'outil qui me permet de suivre mes règles ne me laisse pas inscrire plus d'un partenaire sexuel. Ce serait pourtant intéressant comme statistique et pour la pension alimentaire...