dimanche 31 mars 2013

Comme aller à l'église, sans la culpabilité

Je me souviens d'un beau Noël, tranquille. Tu dis que tu es tout énervé. Je me sens moi-même assez excitée. Tu vois, c'était une bonne idée de se voir moins souvent.Tu m'as demandé pourquoi à Pâques? J'en sais rien. J'aime baiser les traditions.

J'avais cinq minutes de lousse

C'est toujours plus drôle de fabriquer son propre jeu.

Un titre de chanson qui punch

J'ai mal à ton hymen

samedi 30 mars 2013

Ça se peut pas tout ce que tu me fais

Adopter un chien, sacrement.

Si je pouvais je tomberais enceinte pour que tu comprennes que ça se fait pas.

J'y pense vraiment souvent

J'ai peur d'avoir un gros vagin.
Rassure-moi.
Regarde avec tes doigts.

Je vais te laisser parler

J'te dirai pas ce que j'en pense de toi et la petite soeur. Je te dirai pas que Johnny est en train de mourir de chagrin et que j'oublierai jamais sa voix et ses yeux quand il m'a dit "Léo, c'est suposé être mon ami depuis quasiment vingt-ans." Moi, ça fait vingt-cinq ans que je te connais pis je le sais que t'as toujours été comme ça. Tu fais les mauvais choix parce que tu veux qu'on t'aime. T'as jamais eu de blonde de ta vie, fallait que tu choisisses celle d'un autre. Celle qui ne t'aime même pas et qui fait ça pour vous détruire. J'te dirai rien parce que tout le monde est en christ après toi et ça fait deux semaines que tu es disparu. J'te dirai rien parce que je veux que tu continues de me parler. J'te dirai rien parce que Sandra a raison. T'es plus le même depuis Noël. Elle est forte la sacrement de sorcière. T'es même pas amoureux. C'est la famille. Les enfants. Les repas animés, les soirées cinéma. La vraie vie.  Celle que tu as perdu quand ta mère est partie de chez vous y a quinze ans.

vendredi 29 mars 2013

Manu Militari t'as l'air épais

Tu fais juste dire des conneries pour attirer l'attention. J'ai jamais vraiment aimé tes chansons, je les trouvais mal écrites. Comme du Dany Bédard. On dirait que tu connais pas ça la réécriture. Tu écris tes tounes en cinq minutes pis tu les retouches jamais.

Alors toi, traiter les gens qui manifestent pour le bien commun, de bébés gâtés, c'est ton meilleur argument? C'est quoi déjà ton niveau de scolarité?

Histoire d'Amélie

Ça va trop vite. Faut que j'aille à Ottawa mardi pour mon visa pour la Chine, il y a eu un problème avec ma carte de crédit quand j'ai acheté mes billets. Marc est pas certain de pouvoir me faire rentrer au Tadjikistan. Et toi, qu'est-ce que tu fais?

Moi je fais pousser du basilic pis de la ciboulette. Je pense rentrer au carmel dimanche.

Jour de paye

On s'est acheté un café et on est allé s’asseoir au parc Morgan. Regarder les bourgeois rentrer au théâtre.

-Fuck y en rentre des riches dans c'te théâtre-là.
-Regarde eux autres d'où est-ce qu'ils peuvent venir en autobus jaune de même?
-C'est marqué.
-Une autre gang qui arrive de l'ouest.
-Des nobles.
-Sont sûrement venus en carrosse.
-Ils vont finir ça au bordel.
-Oh oh, des étudiants.
-Et des étudiantes... ça se prétend féministe pis ça féminise jamais quand ça parle.
-C'est quoi la pièce?
-Frankeinstein.
-Ils auront pas trop de misère à comprendre, c'est une histoire de bourgeois.
-Me souviens pus comment ça finit.
-Elle pleure dans l'escalier et elle se relève et là elle dit : I'll go home. And I'll think of some way to get him back. After all, tomorrow is another day!
-Qu'est-ce ça veut dire en français?
-Je rentre au cirque. Et je vais manigancer de quoi pour le ramener. Demain c'est un autre jour.
-Je m'en souvenais pas pantoute.
-Moi c'est le pénis de Frankeinstein qui m'intrigue.
-On est surpris.

jeudi 28 mars 2013

Ian Lafrenière

T'es vraiment pas du côté des gentils.

Ian Lafrenière, je t'envoie beaucoup d'amour, tu en manques. Vous manquez tous d'amour dans la police. Vous êtes des petites bêtes blessées, mésadaptése, effrayées. Je pense que vos mères vous aimaient pas. Pauvres petites polices imbéciles.

uk 40's radio

Quand tu aimes les British dance bands et les pubs de la deuxième guerre.

Aimes-tu Léo Ferré, toi?

Toutes les chansons me font penser à toi.
Tu pourrais mettre ta main sur mon épaule.
Je dirais, hey!
Je voudrais que tu me fasses un câlin.
Je veux te donner un câlin.
J'aurais une bonne raison de revenir
et toi aussi.

Il ne se passera rien, on est trop pareil.
Quand je fais un pas tu te sauves et
je ne me laisse pas approcher facilement.
On est en train de passer à côté 
comme des imbéciles.
Je t'en veux.
Pourquoi tu comprends pas que j'ai peur
de me tromper.
J'ai trop d'imagination.
Je suis pas assez conne pour te dire
comment je me sens.
Me faire rejeter encore.
Par toi en plus.

Parle le premier.

Si tu pouvais juste m'inviter chez toi.
Je ferais semblant de m'intéresser
à ta collection de timbres.
On parlerait de cinéma.
Je me laisserais faire. 
Des gars que je laisserais faire,
y en a pas tant que ça.
Je ne perds jamais le contrôle.
Tu comprends pas pourquoi t'es spécial.
Toutes les chansons me font penser à toi.
J'ai trop d'imagination.

Je vais faire mon passeport pour la première fois.
Quand tu vas prendre mon message,
il sera encore trop tard.

Les vendeurs, c'est comme les magiciens, faut pas les croire quand ils disent que t'as des beaux yeux.

mercredi 27 mars 2013

Parole de punk

"T'as vraiment l'air cool toi, pour une comptable."


Ce matin

Ça me tentait pas de me lever
de me laver,
de me maquiller.
C'est le printemps,
toutes les filles
sont plus belles que moi.
Je t'envie des fois
comme aujourd'hui.
Je sais que c'est pas
facile la dépression.
Quand je suis partie,
tu savais pas encore
quoi faire de ta journée.
Ton allure de gagnant.
Tout nu avec tes souliers
Et ton chandail de batman
trop petit.
Tu sens la pinte de lait
oubliée sur le comptoir.
odeur de monsieur suri.

Ce matin je serais restée
Ce matin j'aurais fourré
dans crasse avec toé

lundi 25 mars 2013

How could we be wrong - Al Bowly

Tu regardais mon pied battre au rythme de la mélodie. Tu comprenais que je voulais danser. Je voulais danser avec toi. Parce que t'es un gentleman, parce que tu sens bon. Tu m'as tendu la main et je t'ai suivi.

Danser. C'est un peu comme faire l'amour. Une chanson.Tes yeux me gênaient. Tu conduisais bien. Ferme. Sûr.

-J'attends depuis longtemps que tu oses.
-Tu n'es pas libre.
-Je n'appartiens à personne.
-Tu l'aimes?
-Je l'aime. Je t'aime maintenant. Tu trouves pas ça cochon la clarinette? Ça me chatouille le long de la colonne et j'ai envie que tu m'embrasses.
-Pourquoi tu joues avec moi?
-Pourquoi tu n'en profites pas?
-Qu'est-ce que tu fais avec lui?

J'ai appuyé ma tête sur ton épaule et j'ai fermé les yeux avant de répondre.

-Quand tu vas me jeter à la fin de la chanson, il va m'attraper.

Doux lundi

Tangrams au Bedondaine.








Et le livre prêté par Alice.
Paying for it a comic-stip memoir about being a john.
Tellement passionnant, le point de vue du client.








J'ai besoin d'un ami (comme Ginette Reno dans la chanson)

Quelqu'un que je pourrais appeler la nuit quand j'ai des doutes au sujet d'une scène où l'héroïne perd sa virginité et se fait romantiquement sodomiser par je ne sais pas trop encore qui.

dimanche 24 mars 2013

Avoir le choix

Le servant de messe, les religieuses, le camionneur, la mascotte de la compagnie d'assurance commanditaire, le funambule, l'apothicaire artisanal, le mime, la diseuse de bonne aventure, l'homme canon, la femme à barbe, l'homme à trois bras, le charmeur de serpent, le magicien, l'instructeur, le conducteur de train, l'hôtesse, le dompteur de lion, la dresseuse de singes, l'interprète de la superstar internationale, ...

Tes mensonges

Je veux t'arracher un oeil et le mâcher devant toi.
Je vais t'ouvrir, te vider avant que tu meures
et manger ton coeur cru sans le déplacer.
Juste en me penchant sur toi.

Coudon ça va-tu mal dans l'monde!

Ma mère dit que j'avais l'air cool à J.E. mais qu'elle n'a pas dormi depuis. Comment puis-je rire devant des êtres si durs au regard rempli de haine? Pourquoi descendre dans la rue quand t'es une femme accomplie, que tu mènes trois carrières de front, que tu poursuis tes études et que tu t’épanouis dans ton art? "T'es pas tannée de te battre? Tu fais rien que ça depuis que t'es née, avec ton petit poing dans les airs. Tu devrais trouver d'autres moyens"

Je veux que le bébé de ma voisine aille à l'université s'il le désire, mais d'après les statistiques, il va décrocher de l'école de bonne heure. J'aime ça les statistiques, ça nous apprend tellement comme : Je sais que je vais vivre dix ans de moins en moyenne que les citoyens des autres quartiers de la ville. Quand on naît ici, on le sait toute sa vie, qu'on est spécial. Au point de ne pas réaliser que tu es une artiste accomplie menant trois carrières de front. T'es encore la petite fille pauvre.

Les enfants de mon quartier sont délocalisés à cause des champignons dans les écoles. On a perdu nos enfants qui riaient et couraient sur la rue Adam. Ils prennent le bus le matin et s'ils le manquent? Ma voisine n'a certainement pas les moyens de prendre le bus de la ville avec les deux autres encore aux couches pour aller reconduire le grand à l'école. Il ira demain. Quand l'école était juste en face du HLM, il y allait tout seul, la brigadière le faisait traverser. La brigadière a perdu sa job parce qu'on a perdu nos enfants sur la rue Adam. La serveuse en arrache parce que le personnel de l'école mangeait là trois fois par semaine au moins. Tout le monde tombe sur le chômage et a bien peur d'être obligé d'aller travailler dans le nord.

Quelles seront les conséquences de la délocalisation de nos enfants, dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans? Il va y en avoir de la place pour bâtir des condos.

Agnès Maltais dit que quatre-vingt dix jours de thérapie, c'est bien en masse pour s'en sortir après toute une vie de victime d'abus et de misère. Je me demande combien de fois elle a dormi sur le trottoir celle-là.

Nicole Léger va envoyer les enfants de quatre ans dans quelles écoles? Celles qui sont moisies?

Peut-être qu'on devrait tout simplement ne pas les envoyer à l'école.  On a tellement besoin de main-d'oeuvre.

Le mieux c'est de naître ailleurs. Les enfants d'ici, personne n'en veut. On ne veut pas les voir. Personne ne veut qu'ils aillent à l'université. Nous ne sommes pas de vrais citoyens. MC Gilles le dit. C'est pas une place pour élever ses enfants. Il le sait, il habite ici. C'est un bel endroit pour boire de la bière et essayer des filles saoules dans l'cul, mais pas élever son enfant. Des plans pour qu'il finisse avec une seringue dans le bras. Les enfants élevés ici peuvent bien crever, personne ne s'en rend compte, ils n'existent pas. Les citoyens respectables ne vont pas s'accoupler dans le bas de la villes.

J'ai jamais vu un peuple haïr autant ses enfants.

Quand le porte-parole de la police le dit. "Il n'y a pas de droit de manifestation." Il connaît ça les droits, c'est lui qui les donne et les enlève selon son humeur et celle de la chambre de commerce. Les citoyens ont le droit d'être tranquille.

Tout le monde fait comme s'il connaissait ça. Tout le monde est spectateur et trouve ça drôle des ti-culs qui se font fesser par des polices. Ils avaient juste à respecter la loi. Tout le monde écoute Martineau et répète mot à mot le fil de presse de LCN. " La police avait prévenu qu'elle interviendrait plus rapidement." Sur un ton monocorde. Tout le monde apprend par coeur la version officielle.

Où est-ce que je m'inscris pour être citoyenne comme tout le monde? J'ai perdu mon droit de cité, où est-ce que je le réclame?

Maman, je suis tannée de me battre, mais j'ai pas le choix si je veux pas mourir. Aide-moi donc.

C'est l'histoire d'une fille amoureuse de toi.


Elle est patiente.

vendredi 22 mars 2013

637$

Me faire arrêter sur la rue St-Timothée, drète à côté de Dupuis Frères, mon grand-père serait fier. J'ai dit aux flics devant moi, écoutez, on va faire un deal avec vous autres. Vous nous laissez partir et on ne vous fera rien. Ils avaient de l'humour, l'agente Parkinson avec un petit air inquiet, m'a demandé si j'avais juste un chandail, je lui ai dit que je venais du centre-sud et je lui ai demandé si c'était son vrai nom.

Il a dit qu'il admire mon sang froid. J'aurais tellement pleuré si j'avais été toute seule. Tout est amusant avec lui.

Regardez-moi bien étirer les procédures pour que ça coûte un maximum aux contribuables! Payez pour votre système de marde bande de caves.

Je vais tellement me commander une pizza maintenant.

Meiko Kaji

C'est comme la Isabelle Boulay japonaise, avec une voix beaucoup plus cochonne.

Garde-moi pour la nuit

Si tu passais près de moi ce soir.
Si tu prenais ma main dans la tienne.
Je te suivrais chez toi.

On ne serait pas obligé de parler.
Je partirais très tôt demain.



jeudi 21 mars 2013

Solidarité mon cul

Tu me fais rire toi. Me rentrer dedans parce que j'ai trouvé une banque qui paye six fois plus d'intérêts que Desjardins. Oui, mais c'est pas des placements solidaires... Solidaire? Écoute-moi bien le comique, quand tu es solidaire ton argent tu ne la places pas, tu la donnes. Si tu penses que des placements solidaires ça existe, t'es vraiment con comme la lune.

Donc toi, il suffit de mettre une jolie étiquette sur quelque chose pour te la faire acheter? Parce que tu te bases sur quoi, dis-moi, pour croire que Desjardins offre des placements solidaires? Tu penses que parce qu'ils te vendent un produit financier appelé placement solidaire, ils sont solidaires?

Donne-moi donc la liste des entreprises soutenues par les placement solidaires? Alors tu fais confiance à Desjardins, tu as l'intention d'acheter des placements solidaires sans vérifier?

Desjardins, c'est la pire des banques, bientôt à charte fédérale comme les autres banques. Desjardins te facture les frais les plus élevés pour les mêmes services, mais ils te servent plus mal que partout ailleurs.

Desjardins refuse d'ouvrir un compte en banque aux assistés sociaux parce qu'ils ne rapportent pas suffisament.

Desjardins a retiré le mot "populaire" de son nom. Ce n'est pas la bonne vieille caisse pop. C'est la caisse Desjardins. Passe à la caisse pis paye le cave.

Desjardins, c'est l'entreprise qui nous a poussé a aller au guichet automatique en coupant les postes de caissières, nous garantissant un accès 24/7 à notre argent pour finalement barrer la porte du guichet automatique entre minuit et six heures parce que des méchants clodos vont se réchauffer dans l'entrée. Il n'y a presque pas d'employés dans les caisses. Desjardins fonctionne avec les agences de placement d'employés. Ils engagent du bétail, des employés jetables, pas d'assurances, de salaire concurrentiel ou de plan de retraite. Et quand tu travailles chez Desjardins tu dois obligatoirement fournir un numéro de compte de caisse pour le dépôt de ta paye. Tu ne peux même plus choisir ton institution financière. Desjardins, c'est la seule institution financière qui forme ses employés à ne pas remettre d'argent en cas de braquage. Ton cash vaut plus que leur vie.

Ça fait que ne viens plus jamais, jamais, jamais me parler de placements solidaires parce que je vais sauter une sale coche.


Tu es trop grand pour moi

J'ai toujours eu peur de toi.
Parce que tu es grand.
Ça vient de mon enfance.

C'était trop grand pour moi,
nous deux.
Moi je n'ai jamais dit nous.

Ta peine est trop grande pour moi.
Comment t'expliquer, te prouver
que je ne mérite rien de tout ça?

C'est pas vrai que je suis belle.
C'est pas vrai que je suis gentille.
Je ne suis pas spéciale du tout.

Tu es bien trop beau.
Tu es bien trop doux.
Qu'est-ce que tu me trouves?

Prends n'importe quelle nouille
et donne-lui mon nom.
Ce sera toujours mieux que moi.

mercredi 20 mars 2013

Ce que je préfère chez toi

Je le sais que tu es fâché.

Mais tu me souris et tu siffles et c'est toujours aussi agréable de travailler avec toi.

Je veux être Marie dans la prairie

Cheveux au vent.
Petits souliers rouges.
Mains dans les poches.

Je veux être Marie dans la prairie.
Lui ressembler.

lundi 18 mars 2013

Linger on your pale blue eyes

Je pense à toi depuis trois jours.
T'es content maintenant?

Tout le monde me prend pour elle

Mon éditrice m'envoie un courriel.

Elle commence par "Bonjour Annie"

Qu'est-ce qui est arrivé aux péquistes?

Qu'est-ce qu'ils ont tous mangé les péquistes? Qui a empoisonné le parti de René Lévesque? Agnès Maltais, Pauline Marois, Nicole Léger. Même Louise Harel, qui est rendue au municipal, corrompue comme les autres, elle a déposé une motion pour réitérer sa confiance en Marc Parent. Réal Ménard qui partage ça sur Facebook. Deux autres qui applaudissent. Quand ce que tu fais ne fait plaisir qu'à tes chums politiciens, y a pas un problème?

Moi j'ai perdu confiance drète-là. En tout le monde. Je devrais explorer le cahier de proposition en vue du congrès. Pis tu me demandes mon avis sur des pacotilles, j'ai pas la tête au code Morin à matin. À quoi ça sert la politique, au point où on en est?

Je devrais finir de finir le cirque pour pas faire chier l'éditeur. L'inspiration est partout. C'est Shakespeare qui avait raison, la vie est un hostie de cirque.
Je tombe là-dessus par hasard et je perds deux heures à regarder des robes steampunks parce que si je ne me fais pas une robe, ma mère va m'en acheter une à son goût. Mais c'est pas ce que je devais faire alors je sais pas quand je vais pouvoir dormir...

dimanche 17 mars 2013

féminisme imposteur

On vous explique pourquoi ici.
- Qu'est-ce qu'elle a dit?
- Elle dit qu'elle est désolée.
- Elle fait semblant.
- Elle l'a toujours dit qu'elle ne voulait pas de problèmes avec une femme mariée.
- Alors dis-lui que c'est simple, pour ne pas avoir de problèmes avec une femme mariée, il suffit de ne pas faire de problèmes à une femme mariée. Quand t'es sur le point de faire quelque chose et que tu te dis que peut-être ça va faire de la peine ou fâcher quelqu'un. Quand tu décides de le faire quand même en te disant, je ne veux pas faire de tort à cette personne. Tu es une sale petite conne égoïste. Tu penses que de venir me voir après en me disant, j'espère que t'es pas fâchée, te lave de ta faute. Pourquoi espères-tu que je ne sois pas fâchée? Serait-ce parce que tu aurais fait quelque chose qui puisse me fâcher? Alors tu es une sale petite conne hypocrite. Tu veux tout avoir. Tu essaies de me faire dire que c'est pas grave, mais non, ce que tu as fait est très grave. Et tu ne comprends pas que je demeure ton amie. Tu y reviens toujours, essayer de me faire admettre que je me suis fâchée pour rien. Non. Vous êtes des petites connes égoïstes et hypocrites qui ne réfléchissent pas plus loin que leur utérus, mais je vous aime pareil.
- T'es méchante.
- Oui, c'est ça, je suis méchante, moi. Je passe ma vie à travailler pendant que mes amis me poignardent dans le dos les uns après les autres. Je leur pardonne, mais j'essaie de les faire réfléchir sur la différence entre les intentions et les actions. C'est pas gentil. Je devrais juste me fermer la gueule et les yeux.

J'ai envie de toi, pauvre con


Je me contenterais de n'importe quoi.
Tu ne m'inviteras pas chez toi.
Salaud de gentleman, tu me tortures
avec tes principes.

Je suis ton amie.
Je sais que tu fais bien l'amour.

Ça me fait mal dans le ventre.
Veux-tu m'aider?
Rends-toi utile.
Mange mes seins.
Tire mes cheveux.
Mords mon cou.
Fourre-moi n'importe comment
avant que j'aie le temps de me déshabiller.


Je dis que je ne veux pas coucher avec toi
mais j'ai envie que tu me violes.
Prends-moi juste une fois.
Après, je n'y penserai plus.



samedi 16 mars 2013

J'ai besoin d'un nouveau psy ou d'un amant pour me détendre

Aujourd'hui, mon petit frère m'a dit que j'étais méprisante. Il a frappé sur la table, il a claqué la porte comme papa et il a fait pleurer maman.

Depuis ce temps-là, je tremble comme une feuille et tout ce que j'ai trouvé à faire, c'est de demander une cigarette à quelqu'un. Une chance qu'il a dit non.

Alors quoi, je vais pas appeler l'urgence psychiatrique juste parce que j'ai de la peine à cause de mes traumatismes d'enfance. C'est fou les réflexes, les couteaux m'attirent. Fourrer réglerait mon problème.

C'est dommage que je lui aie dit hier que c'est fini. Là, j'ose pas vraiment le texter...

Et finalement non. Il fallait juste que Ti-cul me texte. "Je m'excuse pour à matin. Bonne soirée ma tite puce."

Papa n'aurait jamais fait ça.


vendredi 15 mars 2013

Moi je suis pour un socialisme glam

De la petite crème équitable et écologique pour tout le monde!

Défi : trouver quelque chose de naturel qui brille...

Alain Kan

Je pense à lui, j'espère qu'il ne s'est pas fait arrêter. Il va avoir un bébé, la manif stressait sa blonde. Tout à l'heure au téléphone il et elle m'ont remerciée parce que j'ai trouvé une nouvelle église. Parce que la nôtre, ils vont la détruire.

Cette semaine, tout en révisant les budgets, il m'a présenté Alain Kan. Je ne serai plus jamais la même. Il m'a résumé sa vie comme ça :

Il a commencé en faisant du yéyé, mais ça ne fonctionnait pas bien.




Il a rencontré Bowie, il a traduit ses chansons, de vrais petits bijoux.
















Ensuite il a décidé de faire du Rock and roll, ça ne lui allait pas mieux.
















Puis il est devenu punk. Une vraie descente aux enfers. Puis du jour au lendemain, il a pris le métro et on ne l'a jamais revu.


jeudi 14 mars 2013

Rester

J'ai refusé un emploi payé cinq dollars l'heure de plus que celui-ci. C'était un emploi politique et beige sans dope et sans sexe.

Ici il y a Alice et Mymy avec leur bonne humeur contagieuse. Il y a Loo Reed, Mick Jagger, David Bowie, Ludwig von 88, Gogol Bordello, Deportivo, Piaf et Brel qui chantent toute la journée.

Je n'ai pas envie de partir, c'est étrange.

- Je t'aime aussi, tu sais.
- Alors comme ça on est quitte.

mercredi 13 mars 2013

J'en sais si peu

Pendant que tu m'expliques encore ta vision du Chavisme,
je te respire comme si c'était la dernière fois.
C'est toujours la dernière fois.
Il ne faut pas m'habituer.

L'arbre filtre les rayons ça fait de la dentelle sur ton dos.
J'embrasse ta peau depuis une heure.
Je vais te mettre en retard.
On se revoit quand?

Je regrette d'avoir si peu de toi dans cette chambre minuscule.
J'envie les élèves qui passent la journée à te regarder.
Toute la journée, ta voix, tes yeux.
Et tout ce que tu leur apprends.

Pas toi

Toute ma vie j'ai aimé, mille hommes qui ne me regardaient même pas.

Et toi.
Je me sens casser, mais si je suis pas capable de t'aimer, c'est parce que je suis réparée.

Je me demande comment te le dire, depuis notre première rencontre.
Ça va me prendre du courage pareil.

Tu vas me dire que c'est pas grave. Sacrement que ça fait mal de se reconnaître.
Je ne suis plus comme toi.

C'est grave bébé.
Quand je te laisse là devant ta porte, à l'arrêt d'autobus ou sur le coin d'une rue.
Ces yeux-là.
Je ne suis plus capable.
J'ai déjà hâte d'être avec lui, tu as déjà hâte que je revienne.

Tu voudrais prendre ma main.
Tu voudrais qu'on aille au resto.
Tu voudrais que je t'invite chez moi.
J'ai envie de te mettre un sac sur la tête.
J'aimerais que tu ne parles pas.
Je veux pas te le dire.

mardi 12 mars 2013

J'ai perdu ma mitaine

Et je suis toute trempée et tu n'étais même pas là et j'ai faim et c'est trop grand ici pour une boiteuse.

Je sais que tu liras ceci

Tu es le seul qui me lises. Quand je veux avoir une conversation intelligente,c'est avec toi. On s'obstine concernant la pertinence d'ON sur l'échiquier politique, quand je suis enragée, je sais que tu vas comprendre. Tu le sais que je te trouve beau. Tu sais que je te trouve gentil. J'aime parler d'Antoine Gratton avec toi. J'aime manifester avec toi.

J'espère qu'on ne couchera jamais ensemble.

dimanche 10 mars 2013

Qu'est-ce que tu fais le dimanche soir?

J'essaie de convertir des hommes à la sodomie.

Ça passe le temps.
 

Sacrement de folle!

Martin est content, la ministre a parlé de lui ce soir. Assisté social depuis toujours comme sa mère. Toxicomane. Malade mental. Je lui ai dit sors-toi de ta dépendance comme un homme, pas besoin de thérapie de tapette! Arrête de chialer comme un bs, sois productif ciboire. C'est qui l'fif qui prend plus que six mois pour se désintoxiquer de l'héroïne? Crevez donc, si vous êtes pas capables de travailler.

Agnès Maltais, j'écrirai jamais ton nom assez petit, je devrais pas l'écrire, mais faut pas t'oublier.

Pourquoi tu t'arranges pas pour faire travailler les bébés? Sont pas assez productifs les bébés. Les enfants coûtent trop cher à envoyer à l'école. Brise le cercle de la pauvreté: extermine les pauvres. C'est long à appliquer ces mesures-là. Moi je dis : la chambre à gaz.

T'es une vache Agnès Maltais. Pour vrai, je te déteste personnellement. Tu devrais avoir honte de tes mesures anti-famille, anti-femme. Tu es aussi inhumaine qu'une entreprise incorporée. Ce que tu dis pas c'est que pour inscrire le monde au crédit d'impôt de solidarité tu leur tords un bras pour qu'ils ouvrent un compte en banque. Ce que tu fais et pour qui tu le fais, c'est sale en tabarnak. C'est toi qui le fais. Personnellement tu écrases et tu choisis d'assassiner du monde pour le profit d'une minorité de pourris. Je te souhaiterais bien un cancer. Quelque chose de douloureux qui te tuera très très lentement. Mais le pire, je pense, serait de te souhaiter de manquer d'argent.

En veux-tu un cirque?



Géorgie ressemble à Candy parce que c'est le même dessinateur. Orpheline d'un exilé anglais. Adoptée par une famille australienne, sa mère ne l'aime pas. Elle aime Jésus et a un ami koala. Quand elle était petite, elle était amoureuse de son père vigoureux, le dos ruisselant de sueur, une hache à la main. Ses deux grands frères sont amoureux d'elle parce qu'elle a l'air cochonne. Elle n'a rien à foutre du Prince Charmant et de son cheval blanc, même si elle l'amène dans sa grotte secrète, elle veut juste retrouver son vrai père. En attendant elle coud des robes de bal et s'habille en garçon pour participer à des concours de boomrang.

Johnny roule des joints et m'oblige à fumer. C'est pour l'inspiration qu'il dit. Il est capable de souffrir Géorgie, mais pas de son. Sur un fond de Beethoven avec de la sangria, non c'est pas facile d'être une artiste. On n'a pas de Iphone comme les étudiants.

C'est comme un sprint je consomme et je régurgite. Otaku Blue, ça saigne, j'aime ça. Anne of Green Gables est rousse. Elle dit qu'elle n'aime pas son prénom parce qu'il n'est pas romantique. Tom Sawyer dans la grotte avec Becky, je trouve ça sexuel. Le petit prince orphelin a toujours l'air au bord du suicide. Cendrillon, a une méchante belle-mère. La petite fille aux allumettes, c'est évident que son père... Ça prend juste des paillettes pour être heureuse.

Je suis en train de me rendre folle. Je sais pas ce que je cherche. Tu veux plus de détail. Des fois c'est de même la vie, y en a pas plus de détail. Je ne sais plus quoi ajouter. Je panique un peu. Je suis pas certaine de savoir ce que tu veux et trop orgueilleuse pour te le demander. Je vais faire comme Fabienne Larouche, ça va finir avec une bombe, un incendie ou un tireur fou du haut de la montgolfière pis vous achèterez le deuxième pour savoir qui a survécu.

Mark Twain

‘Was you ever at a circus?’ said Tom.
‘Yes, and my pa’s going to take me again some time, if I’m good.’
‘I been to the circus three or four times — lots of
times. Church ain’t shucks to a circus. There’s things
going on at a circus all the time. I’m going to be a clown
in a circus when I grow up.’


‘And kill them?’
‘No, not always. Hive them in the cave till they raise a ransom.’
‘What’s a ransom?’
‘Money. You make them raise all they can, off’n their friends; 
and after you’ve kept them a year, if it ain’t raised
then you kill them. That’s the general way. Only you
don’t kill the women. You shut up the women, but you
don’t kill them. They’re always beautiful and rich, and
awfully scared. You take their watches and things, but
you always take your hat off and talk polite. They ain’t
anybody as polite as robbers —you’ll see that in any book. 
Well, the women get to loving you, and after
they’ve been in the cave a week or two weeks they stop
crying and after that you couldn’t get them to leave. If
you drove them out they’d turn right around and come
back. It’s so in all the books.’
‘Why, it’s real bully, Tom. I believe it’s better’n to be a pirate.’
‘Yes, it’s better in some ways, because it’s close to
home and circuses and all that.’


vendredi 8 mars 2013

T'es beau tout nu

Je la trouve belle.
Je prends le temps de la regarder.
J'ai toujours peur que ce soit la dernière.
Tu prends ma main et la guide,
tu veux que je te touche.
Comment?
Montre-moi, comment toi,
tu te touches?
Qu'est-ce que tu aimes?
Qu'est-ce que tu veux?
Qu'est-ce qui te fait plaisir à toi?
De quelle façon?
Si je te branle doucement,
comme ça.
Avec un peu de salive.
Embrasse-moi.
Mieux que ça.
Une fois que je l'aurai prise
dans ma bouche,
tu ne voudras plus m'embrasser.
Tu as l'air de ce genre de gars.
Dédaigneux.
Je trouve ça domage pour toi.
Mais c'est ton problème.
Raconte-moi quelque chose de cochon,
quelque chose que tu aies fait.
J'adore quand tu rougis.
Tu es gêné là?
Raconte-moi quelque chose de cochon,
quelque chose que tu veux faire.
Je pense que tu es prêt.
Je la sens battre dans ma main.
Tu veux que j'te suce un peu?
Je l'savais que t'es spécial.
C'est la première fois qu'un gars
veut pas que je le suce.
C'est quoi, t'aimes pas ma bouche?
T'as peur que je te fasse mal?
Elle est pas propre?
Veux-tu qu'on prenne une douche?
OK, c'est comme tu veux.
Est-ce que tu veux que
je te raconte une belle histoire?

Je venais juste d'avoir 17 ans,
j'avais trouvé un boulot dans un
centre d'appel du centre-ville.
Je vendais des plans d'interrurbain.
On me disait au moins cent fois par jour
que j'ai une belle
voix.
Mais lui, il avait vraiment une voix sexy.
Il m'a demandé ce que je portais.
Il voulait que je me rende chez lui après
mon quart.
Il m'a acheté le plus gros plan,le plus cher,
j'aillais toucher une bonne commission.
Je me suis rendue à son adresse.Il m'attendait devant la porte,
je pense qu'il était marié.
Il m'a invité à entrer dans sa voiture.
On a roulé un peu en parlant de
n'importe quoi.
Il s'est arrêté dans une ruelle et
m'a demandé si je voulais
le sucer.
Il ne sentait pas très bon.
J'essayais d'aller vite.
Il voulait que je luis monte dessus.
Il avait reculé son siège, mais
c'était une toute petite voiture
et j'étais trop grosse.
On a essayé toutes les positions.
Ça ne fonctionnait pas.
Il devait faire moins vingt
et il m'a fourrée sur son capot
dans une ruelle qui sentait la pisse.
J'ai jamais eu froid au cul de même.

Aimerais-tu ça me fourrer dehors.
Derrière un bar.
Appuyé sur un conteneur.
On y va?

Si tu m'écris ce soir, je dirai pas non.


Invite-moi dans ton petit appartement.

Tu sais pas pourquoi t'es féministe?

Je suis féministe parce que je me souviens de ma grand-mère.
Je suis féministe parce que je sais que je vaux autant qu'un homme.
Je suis féministe parce que j'ai connu l'église catholique.
Je suis féministe parce que je suis pauvre et défavorisée.
Je suis féministe parce que je me suis faite avorter.
Je suis féministe parce que j'allaite au centre d'achat.
Je suis féministe parce que je veux plus de garderie.
Je suis féministe parce que je fais du bénévolat.
Je suis féministe parce que je suis solidaire.
Je suis féministe parce que je vote.
Je suis féministe parce que je manifeste.
Je suis féministe parce que conduis.
Je suis féministe parce que j'étudie.
Je suis féministe parce que je travaille.
Je suis féministe parce que je suis sous-payée.
Je suis féministe parce que ma mère est sur le bs.
Je suis féministe parce que j'ai besoin d'assurance-emploi.
Je suis féministe parce que je veux une sage-femme.
Je suis féministe parce que je veux une ligature des trompes.
Je suis féministe parce que j'ai été violée.
Je suis féministe parce que je continue de porter des escarpins.
Je suis féministe parce que je suis séropositive.
Je suis féministe parce que je ne suis pas qu'un vagin.
Je suis féministe parce que mon vagin m'appartient.
Je suis féministe parce que je fais le travail du sexe.
Je suis féministe parce que j'ai de l'ambition.
Je suis féministe parce que je ne prends pas la place du père de mes enfants.
Je suis féministe parce que je suis curieuse.
Je suis féministe parce que je suis critique.
Je suis féministe parce que ceux qui détiennent le pouvoir ne le sont pas.
Je suis féministe parce que je ne suis pas capitaliste.
Je suis féministe parce que mon père ne m'aimait pas.
Je suis féministe parce qu'en fait mon père m'aimait.
Je suis féministe parce que je fais le ménage.
Je suis féministe parce que je fais les repas.
Je suis féministe parce que je vais à la piscine.
Je suis féministe parce que je voyage seule.
Je suis féministe parce que mes amis sont des garçons.
Je suis féministe parce que je déteste la police.
Je suis féministe parce que j'ai peur du premier-ministre.
Je suis féministe parce que j'ai besoin d'un médecin de famille.
Je suis féministe parce que je suis aidante naturelle.
Je suis féministe parce que mon travail n'est pas reconnu.
Je suis féministe parce que je prends l'autobus.
Je suis féministe parce que j'ai un compte épargne.
Je suis féministe parce que je suis mère.
Je suis féministe parce que je suis fille.
Je suis féministe parce que j'aime Janette Bertrand.
Je suis féministe parce que Mario Dumont me rend malade.
Je suis féministe parce que je suis fière d'être une femme.
Je suis féministe parce que j'aime les hommes.
Je suis féministe parce que j'aime le sexe.
Je suis féministe et toi aussi, mais tu n'oses pas le dire.

mardi 5 mars 2013

Une fille pas comme les autres

Jure-le!
Jure que tu ne le fais avec personne d'autre.
Je suis sûre que tu dis ça à toutes les filles.
J'ai retiré ma culotte dans le taxi,
pour que ça aille plus vite.
Tu peux juste relever ma jupe et te servir.
Je te l'ai montré dans l'ascenseur.
J'ai remonté le tissus sur mes cuisses.
Tu as vu que je suis toute rasée.
L'air frais me faisait mouiller.
Tu bandais déjà.
J'aime la fenêtre de ton bureau.
Je me ferais enculer ici le soir,
pouvoir crier et profiter de la vue magnifique.
Dis qu'il n'y a que moi.
Dis que les autres se refusent.
Dis que c'est moi que tu veux.
Je ne veux pas être comme elles.
Je ne laisse pas n'importe quel cave me faire ça.
Est-ce que tu ramones n'importe quelle conne?
Je te fatigue avec mes questions.
Je suis la meilleure avec ma bouche.
Tu le dis pendant que je te suce les couilles.
Je ne veux pas que tu touches à mes seins,
je ne les aime pas.
Tu faufiles la main entre mes cuisses,
tu m'écartes les fesses.
C'est tout ce qui t'intéresse.
Tu m'appelles rien que pour ça.
Ça m'excite, j'en ai envie, moi aussi.
Tu le sais, ça te rend fou.
Tu es assez dur pour casser du béton
avec ta grosse mèche nervurée.
T'es trop énervé, je te laisserai jamais
prendre mon cul comme ça.
Commence par me lécher comme il faut.
J'ai pas dit oui.
J'ai dit peut-être. Faut que ça me tente.
Arrange-toi pour que ça me tente.
Je vais aller m'asseoir sur ta face
et je vais laisser tomber ma jupe,
tu ne verras plus rien.
Laisse-moi te sucer longtemps.
Tranquillement.
J'ai la chatte qui ruisselle.
Mouille bien tes doigts et ne m'en mets
qu'un à la fois.
Fais pas ton pressé.
Un à la fois.
Fouille-moi encore avec ta langue.
Qu'elle est douce, ta langue!
J'aimerais que tu me lèches comme ça,
après m'avoir fait mal.
Fourre-moi fort, fais-moi
d'abord jouir avec ta queue.
Tu ramasses mes cheveux en couette
que tu enroules autour de ton poing.
Tu tires.
Tu me donnes des claques.
Je sens ma peau s'échauffer, rougir.
J'ai un orgasme et tu pars avec moi.
Retire-toi!
Ça glisse bien, trop bien.
Je me resserre mais je mouille tellement.
Je te défends d'entrer.
Viens là, le gland pressé contre mon petit trou.
Tu te serviras de ton sperme comme lubrifiant.
Je te sens couler.
Beaucoup.
Si j'étais toi, je ne débanderais pas tout de suite.
Le meilleur s'en vient.
Je m'étends à plat ventre sur ta table.
Je relève le derrière et je te demande
ce que tu préfères.
Plus haut, plus bas?
Tu m'écartes les jambes.
Encore plus.
Ta main caresse le talon de mon soulier rouge.
Je tourne la tête.
Je veux que tu me regardes dans les yeux.
Tu m'agaces en tournant autour.
Tu ne pousses pas assez fort.
Allez, c'est bon, entre maintenant.
Fermement.
Délicatement.
Ouvre-moi.
Avance, sans t'arrêter.
Jusqu'au fond.
Tu parles tout bas pour que je me détende.
Tu recules et tu reviens doucement.
J'ondule pour mieux t'accueillir.
Je te sens bien.
Tu es un géant.
Tu mets la mains sur ma bouche
et je comprends que
ça va commencer.
Tu vas plus loin en donnant de petits coups.
Tu restes au fond un peu et tu bouges
de gauche à droite.
Tu te mets à aller dans tous les sens.
J'ai mal.
Tu vas plus fort.
Je mords mon chandail.
Tu veux que je me branle.
Tu penses que je vais jouir comme ça.
C'est vrai.
Mais pas tout de suite.
Défonce-moi encore un peu.
Oui, je suis une salope.
Bébé, les autres, est-ce qu'elles aiment ça
autant que moi?
Viens au fond de moi.
Remplis-moi de toi.
Il est bon mon cul?
Tu l'aimes.
Répète-le encore.
Dis que personne n'écrit comme moi,
personne n'embrasse comme moi,
personne ne suce comme moi.
Dis que je ne suis pas
comme toutes les autres filles.

samedi 2 mars 2013

Erreur d'impression - Daniel Bélanger

Ta bouche en bonbon, ta langue au
sucre, tes lèvres au chocolat, tes joues
à la crème, tes cheveux au caramel, tes
yeux en meringue, ton nez en nougat,
ton menton de crème pâtissière, ton
cou au fudge, tes épaules aux truffes,
tes seins framboises au vin, ton
nombril profiterole, ton sexe au miel,
enfin bref, que des choses interdites
par mon médecin.

8 mars 1997

vendredi 1 mars 2013

Un choix difficile

Statex 5 mg ou Hydromorphone 1 mg. C'est toi qui payes, c'est toi qui décides. J'ai les deux.